Gary teste la Xbox One

xboxone

Alors que la PS4 et la version PRo continuent d’établir des records de vente aux 4 coins du monde, la Xbox One fait toujours face à un désaveu qui a tendance à se stabiliser à mesure que le temps file. Pour ma part, je n’ai pas voulu me prononcer sur la qualité de cette seconde console avant de l’avoir testé. Après une longue attente, j’ai enfin décidé de me lancer. J’ai tout de même pris le temps de tâter le terrain avant de me faire ma propre opinion, et j’ai pu constater que les premiers avis sur la Xbox One n’étaient pas aussi décevants qu’on nous le laissait penser.

Megumi n’est pas contente

Me voilà donc à la recherche de ma future console de salon, dans l’espoir qu’elle ne soit plus à 499 euros… douche froide directe, puisque les prix qu’on m’annonce en magasin ne sont pas très loin de ce chiffre. C’est Megumi qui va faire la tête, tant pis elle joue bien aux casinos en ligne. Certains osent même proposer plus cher, 3 ans après la sortie officielle de la bête. Je nage en plein cauchemar ! Je finis tout de même par mettre la main sur un modèle à prix raisonnable. Le packaging n’a rien de très original, mais ce qu’il contient offre déjà de meilleures promesses. Petite surprise qui n’en est pas vraiment une : la Kinect vient directement avec le boitier principal. Malgré la polémique sur le choix de Microsoft d’imposer cet outil, je trouve que c’est une bonne idée pour ceux qui ne veulent pas perdre de temps.

xbox-one

 

L’ouverture du paquet me laisse entrevoir une console de salon qui en impose, avec un design qui se veut agressif, sans pour autant manquer d’élégance. Si son gabarit peut faire rouler des yeux les plus pointilleux, la Xbox One ne manque cependant pas de finesse au niveau des finitions. Petit hic : elle prend beaucoup d’espace ; ce que l’obligation d’user d’un bloc d’alimentation externe n’arrange pas. Une rapide lecture de la fiche technique de mon nouveau bébé me confirme que son architecture PC ne s’éloigne pas tellement de celle de la PS4. Elle reste de bonne facture, même si elle n’atteint pas encore entièrement les capacités de sa rivale, questions performances. Le premier jeu lancé, je constate que les capacités graphiques de la Xbox One sont encore loin d’atteindre des sommets. Elle reste cependant correcte, et ne nuit pas à l’expérience vidéoludique. D’autant que la console n’émet aucun bruit qui puisse déranger ! Je me permets de le souligner, puisque je pense toujours que cette qualité est non négligeable pour les joueurs. Autre point positif : une manette qui offre du confort, et avec laquelle on prend plaisir à jouer. Le remodelage est à peine perceptible pour ceux qui n’ont pas connu les précédentes consoles.

Finalement c’est pas si mal

Microsoft gagne des points avec ce centre de commandes qui est plus performant que ce que l’on attendait. Je note cependant que les sticks analogiques sont plus difficiles à manier, ce qui n’a pas manqué de me faire pousser quelques cris de fureur en pleine partie. Par chance, la précision des boutons directionnels vient combler ce défaut auquel j’ai fini par m’habituer. En gros, la Xbox One n’a rien de décevant, et peut même satisfaire les gamers qui souhaitent expérimenter les consoles de salon.

xbox-one-dell